Block title
Block content

L’escaliéteur conçoit sur mesure des escaliers en bois, métal, verre ou matériaux de synthèse. Une maîtrise approfondie de la géométrie descriptive est nécessaire afin de définir les volumes en trois dimensions, le tracé et la mise en œuvre.

Emploi et débouchés

Il existe plusieurs terminologies de métier en rapport avec l’escalier et chacune renvoie à des compétences spécifiques : charpentier, menuisier, escaliéteur rampiste, tailleur de pierre, maçon, métallier-ferronnier… Il est donc difficile d’évaluer le nombre d’escaliéteurs actuellement en exercice en France.
Ils sont en général salariés dans des entreprises artisanales ou installés à leur compte. Ils travaillent avec les architectes pour les constructions neuves et peuvent collaborer avec des sculpteurs, des verriers, des passementiers (cordes à rampe)… La profession offre des possibilités d’évolution. Le salaire d’un débutant correspond au SMIC. Après quelques années d’expérience, il peut assumer la fonction de responsable technique ou chef d’atelier et prétendre à un salaire de 1 500 € brut par mois. Il peut également créer sa propre entreprise.
L’escalier fait partie de ces éléments qui ont été standardisés et qu’il est possible d’acheter “préfabriqués”, prêts à poser. En termes de coût, le prix moyen d’un bel escalier sur mesure se situe dans une fourchette comprise entre 3 500 et 5 000 €.

Devenir Escaliéteur

Formation initiale

Niveau V
- FCIL escaliéteur, 1 an
- FCIL post niveau V des arts du métal : escaliéteur rampiste,1 an

Il faut être titulaire d’un diplôme dans le domaine du bois, de la pierre ou du métal pour accéder à ces formations.

FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE

Plusieurs centres de formation organisent des stages de spécialisation escaliéteur (GRETA, AFPA…).