Block title
Block content

Le modéliste donne vie et volume aux croquis du styliste. Après le moulage sur mannequin, il indique sur la toile l’emplacement des découpes et des pinces et règle l’aplomb. Sur un patron de papier, il porte les indications nécessaires au montage : repères de couture et de coupe.

Emploi et débouchés

Le modéliste travaille le plus souvent pour des marques de grande et moyenne distribution. Il n’est pas rare qu’elles emploient une centaine de stylistes capables de réaliser des modèles dans des délais très courts : de cinq à huit jours entre le croquis et la diffusion des produits dans les magasins.
En France, la main d’œuvre du secteur de la mode est devenue rare et très spécialisée. Elle représente un coût très élevé. Les modélistes qui exercent leurs talents dans les maisons de haute couture et dans les entreprises de prêt-à-porter débutent généralement comme assistants ou bien dans les bureaux de style. Les PME et les grands magasins qui lancent leur propre style maintiennent ce secteur et absorbent 80 % des effectifs.
Une spécialisation est possible dans la mode féminine, masculine ou pour enfants mais aussi dans les accessoires, la maroquinerie, les chaussures, les chapeaux et les tissus. Les salaires varient en fonction de l’expérience, des capacités créatives et techniques, des responsabilités... Dans les grandes enseignes, le salaire de base varie entre le SMIC et 1 830 €. Un styliste chevronné peut prétendre à une rémunération de 4 500 €.
Travailler en free lance requiert une formation technique poussée, une expérience de plusieurs années. Souvent l’ambition première du jeune styliste sortant d’une grande école est de créer sa propre griffe. Pour cela, il lui faut impérativement maîtriser le dessin, le modélisme, la fabrication, le marketing et la commercialisation de ses vêtements. Les concours nationaux et internationaux lui permettent de gagner des bourses pour ouvrir sa propre maison ou de commencer comme assistant dans une grande maison.

Devenir modéliste

Formation initiale

Niveau V
- CAP métiers de la mode - vêtement flou, 2 ans.
- CAP métiers de la mode - vêtement tailleur, 2 ans.
- FCIL patronnière toiliste, 1 an.
Niveau IV
- BAC Pro métiers de la mode - vêtement, 3 ans.
- BP vêtement sur mesure, 2 ans.
- BT vêtement création et mesure, 2 ou 3 ans.
Niveau III
- Certificat de styliste modéliste  (IICC – Marseille), 3 ans.
- Styliste / Modéliste (Supdemod - Lyon), 3 ans.
Niveau II
- DESS mode et création, 1 an.
- DSAA mode et environnement, 2 ans.
- Styliste Designer Mode (Esmod), 3 ans.
- Styliste / Modéliste (LISAA - institut supérieur des arts appliquées), 3 ans.
- Modéliste créateur (Mode Estah - Paris), 4 ans.

Il existe des formations qui s’adressent plus spécifiquement aux futurs stylistes de mode : BTS design de mode, titres homologués d’écoles.

Formation professionnelle continue

La plupart des diplômes du secteur peuvent se préparer dans le cadre des contrats de professionnalisation ou des formations pour adultes organisées par des GRETA ou des écoles privées qui donnent la possibilité de passer les diplômes en candidat libre. D’autres validations comme le BM (brevet de maîtrise) couture ou le titre professionnel technicien modéliste du vêtement sont préparés dans des centres de formations de l’AFPA ou dans les centres de formation des chambres de métiers. Parallèlement une dizaine de formations non diplômantes, d’une durée d’un jour à neuf mois, permettent de suivre une initiation ou un perfectionnement aux techniques du métier de styliste modéliste.