Block title
Block content

Le sellier-harnacheur réalise toutes les pièces en cuir indispensables à la conduite d’un attelage et à l’équipement d’un cheval telles que les selles, les harnais, les traits et autres accessoires d’harnachement principalement dédiés à l’équitation.

Emploi et débouchés

Le secteur de la sellerie est en constante évolution. Il est étroitement lié aux matériaux et aux technologies. Le savoir-faire de l’artisan (techniques, connaissance des matériaux) reste indispensable au métier bien que certaines fonctions puissent être assistées par ordinateur. La multiplication des équipements bon marché, fabriqués en série, explique qu’une grande part de l’activité du sellier réside aujourd’hui dans la réparation et l’entretien du matériel plus que dans sa conception. Le métier reste très traditionnel et très diversifié.
Le sellier peut travailler dans des structures industrielles avec un poste spécialisé. Dans une entreprise artisanale de sellerie, il intervient tout au long du processus de fabrication. Il a de nombreux contacts avec la clientèle. Le professionnel peut travailler seul ou en équipe. L’évolution de la carrière du sellier peut se faire par le passage dans des entreprises de plus en plus importantes.
En 2006, le secteur de la sellerie, toujours étroitement associé à la maroquinerie, se divise entre les maisons du luxe (Hermès, Vuitton, Lancel…) et les artisans, soit un millier de professionnels. L’artisan sellier qui oriente ses activités vers le hippisme garde une évolution sereine.

Devenir sellier

Formation initiale

Niveau V
- CAP sellerie générale, 2 ans.
- CAP sellier harnacheur, 2 ans.
- FCIL sellerie harnachement, 1 an.
- Brevet de sellier harnacheur de l’École nationale professionnelle des Haras, 8 mois.

Formation professionnelle continue

En France, des formations d’une durée variable permettent de suivre un enseignement complet qui peut déboucher sur un diplôme comme le CAP sellerie générale ou sellier harnacheur, une initiation ou un perfectionnement en sellerie.