Tapissier d’ameublement –Tapissier décorateur

Métier du secteur : Textile

Métier

Le tapissier d’ameublement est l’héritier des artisans du Moyen-âge qui confectionnaient des courtines (rideaux) et des courtepointes (couvertures piquées) ou qui posaient des tentures et des tapisseries. Aujourd’hui, il façonne tout ce qui touche à la décoration textile d'un espace intérieur. Le tapissier d'ameublement réalise et pose des tentures, voilages et rideaux sur les murs (tentures murales, draperies), fenêtres (rideaux, voilages, lambrequins et bandeaux), sols (moquettes, tapis) ou plafonds (vélums, plafonds tendus ou plissés). Il confectionne aussi des literies et autres coussins. Le tapissier doit aussi savoir garnir et habiller (gainage) des meubles (sièges, canapés, fauteuils, literies, portes, placards…).

Profil

  • Habileté manuelle
  • Intérêt pour le travail des textiles
  • Sens des couleurs
  • Bonne perception des volumes
  • Précision
  • Intérêt pour l'univers de l'ameublement et de la décoration

Emploi et débouchés

En 2015, selon les données de l’Union nationale de l’artisanat des métiers de l’ameublement (UNAMA), on compte 4 400 entreprises artisanales de tapisserie d’ameublement en France, contre 6 550 entreprises en 2005.
Le secteur de l’ameublement compte 72 800 actifs dont 17,5% travaillent dans le secteur de la tapisserie-sellerie, soit 12 800 actifs (56% salariés, 44% de non-salariés). L'activité de fabrication représente 51% du chiffre d'affaires et la restauration 38%.
La proportion d’entreprises exportatrices est en augmentation depuis 2000, elles représentent 17% des entreprises de tapisserie-sellerie en 2015. Les premiers pays importateurs sont la Suisse, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne.
Les tapissiers décorateurs ont en majorité le statut d'artisan. Ils possèdent un atelier boutique et emploient en moyenne un ou deux tapissiers. Ils peuvent être également indépendants ou salariés dans une entreprise. Ils travaillent pour des particuliers ou répondent à des commandes : exécution de décoration d'appartements, d'hôtels, de bureaux, de lieux culturels ou dans le cadre de grands événements. Ils sont aussi employés de l'administration publique ou travaillent au sein de bureaux d'études d'architectes.
Le label Artisans tapissiers de France (ATF) est attribué, par un Comité d’agrément national indépendant composé de membres issus de l’enseignement technique, du Centre technique du bois et de l’ameublement (CTBA) et de professionnels, aux tapissiers d'ameublement et aux tapissiers décorateurs d'intérieur hautement qualifiés qui réalisent leurs travaux dans le respect des règles de l'art, et qui assurent à la clientèle un service associé de qualité. Ces règles sont consignées dans une charte que l'artisan s'engage à respecter.

Devenir Tapissier d’ameublement – Tapissier décorateur

Formation initiale

Niveau V
- CAP tapissier – tapissière d’ameublement en décor, 1 à 3 ans.
- CAP tapissier – tapissière d’ameublement en siège, 1 à 3 ans.
- MC décors textiles permanents et éphémères, 1 an.
Niveau IV
- BAC PRO artisanat et métiers d'art option tapissier d'ameublement, 2 ans.
- BP ameublement option tapisserie décoration, 2 ans.
- FMA spécialité tapisserie, 3 ans. (Ecole Boulle - Paris)
- BTM Tapissier option décor ou option ameublement – sièges, 2 ans. (CFA de Joué-lès-Tours)
Niveau III
- DMA arts de l'habitat option décors et mobiliers, 2 ou 3 ans.
- DMA arts textiles et céramiques option arts textiles spécialité tapisserie, 2 ans.
 

Formation professionnelle continue

Certains diplômes peuvent être préparés dans le cadre de la formation professionnelle continue. Parallèlement, des organismes privés proposent des formations courtes d’initiation ou de perfectionnement mais également des formations longues dans le cadre d’une reconversion professionnelle.

- CQP Tapissier en travaux hors atelier, dit "Villier" (UNAMA - l’Union Nationale de l’Artisanat des Métiers de l’Ameublement)