Fondeur de cloches - Campanologue

Métier du secteur : Métal

Métier

Le fondeur de cloches et sonnailles trace sur la planche à trousser, métallique ou en bois, les formes extérieures et intérieures qui auront une incidence sur la qualité du timbre sonore. Il réalise ses modèles par fonte au sable ou cire perdue.
Le campanologue est spécialiste de la conservation, de la mise en valeur du patrimoine campanaire et de son entretien. Partenaire du fondeur de cloches, il possède la maîtrise des sons dans une approche historique ou contemporaine.
Le campaniste désigne les professionnels de la conception, de la réalisation, de l’installation, de la restauration et de l’entretien des cloches et horlogeries d’édifices.

Emploi et débouchés

En France, au milieu du XIXe siècle, il y avait 86 fondeurs de cloches et seulement 35 au début du XXe siècle. Aujourd’hui, trois grands fondeurs de cloches sont encore en activité : Fonderie de cloche d’Orléans Dominique Bollée (Loiret), Cornille-Havard (Manche), Paccard Fonderie de cloches et carillons (Haute-Savoie). Certains artisans coulent des cloches de façon plus ponctuelle comme la société Voegelé à Strasbourg. Ils seraient 45 fondeurs de cloches dans le monde. Les fondeurs de cloches vendent leurs réalisations à des églises, monastères et temples dans le monde entier.
Selon le Quid 2007, quatre fondeurs de clochettes et sonnailles exercent aujourd’hui en France. Ils sont installés dans le Sud-Ouest et en Franche-Comté. La Fonderie Jean Obertino et fils à Morteau (Doubs) est une des plus connues.
Selon le Groupement des installateurs d’horlogerie d’édifices et d’équipements campanaires, il existe environ 300 campanistes actuellement en France, répartis dans une quarantaine de sociétés. Les entreprises de campanistes sont le plus souvent artisanales et de petites tailles. Seulement quelques structures dépassent l’effectif d’une vingtaine de personnes. Ces entreprises réalisent actuellement un chiffre d’affaires annuel de l’ordre de 25 millions d’euros. Certaines exportent leur savoir-faire en Europe, Afrique, Asie… La France compte plus de 300 000 cloches dont 4 500 cloches classées. De nombreux édifices sont à réhabiliter. Dans tous les cas, un suivi régulier et une maintenance sont nécessaires pour des raisons de qualité et de sécurité.
Il existe aujourd’hui une volonté de conservation et de protection notamment par le classement en monument historique des édifices et des ensembles instrumentaux de l’art campanaire.

Devenir fondeur de cloches - campanologue

Formation initiale

Niveau V
- Fondeur de cloches et sonnailles
Il n’existe pas de formation initiale spécifique pour le métier de fondeur de cloches et de sonnailles.
- CAP mouleur noyauteur option cuivre et bronze, 1 an.
- CAP bronzier option tourneur sur bronze, 2 ans.
- Campaniste
Il n’existe pas de formation initiale spécifique pour le métier de campaniste. Certains campanistes sont issus de formations parallèles : filière électrotechnique, horlogerie.

Formation professionnelle continue

Des formations non diplômantes, d’une durée variable permettent de suivre une initiation, une formation complète ou un perfectionnement dans les techniques de reproduction de bas-reliefs, moulage, fonderie à la cire perdue.